Revue Africaine de Médecine et de Santé Publique https://www.rams-journal.com/index.php/RAMS Faculté de Médecine, Université de Lubumbashi fr-FR Revue Africaine de Médecine et de Santé Publique 2617-5738 Au cœur de l'amélioration des compétences du médecin : une autre façon de former https://www.rams-journal.com/index.php/RAMS/article/view/52 <p style="text-align: justify;">&nbsp;Au cœur de l'amélioration des compétences du médecin : une autre façon de former</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;La République Démocratique du Congo, par le biais du ministère de l'enseignement supérieur et universitaire, a décidé, voici quelques années, de se pencher sur son modèle de formation universitaire. Depuis l'indépendance, en effet, peu d'innovations majeures ont été apportées au mode de formation des cadres universitaires au pays. Le système d'enseignement a évolué à travers le monde, mais pas assez dans notre université. Ce système éducatif lui-même, legs du monde colonial en général, n'est plus le même en occident, mais était resté le même chez le légataire congolais. Les besoins de la Société ont changé, mais pas son université. Il était temps que cela change.</p> <p style="text-align: justify;">A l'issue des états généraux organisés à Lubumbashi fin 2021, une résolution majeure a donc émergé : le passage au système LMD (Licence, Master, Doctorat). En somme, il s'agissait d'une "simplification" du système, d'un gain important de temps, de placer l'étudiant au centre de sa formation, de miser davantage sur les compétences plutôt que sur les connaissances.</p> <p style="text-align: justify;">Cependant, en Médecine, les particularités du cursus posent un défi particulier. A l'heure où l'uniformisation du programme n'est pas encore établie, il revient à chaque institution de définir sur base de grandes lignes directrices un contenu adapté à ses étudiants. Certes, l'exercice ne concerne formellement que les étudiants en promotion de recrutement. Mais s'engager dans le LMD, c'est s'engager à enseigner autrement, que ce soit en promotion de recrutement ou partout ailleurs. Ce qui implique un impératif d'adaptation pour les enseignants.</p> <p style="text-align: justify;">Une autre question importante a été traitée à l'issue des états généraux : quelle faculté de médecine est habilitée à former en RDC ? À la suite d'une enquête de viabilité, des dizaines d'écoles et facultés ont été soit fermées soit mises sous tutelle. Ce qui place la faculté de médecine de l'UNILU dans une posture particulière : celle de montrer la voie, de maintenir le cap dans une vision d'avenir et de porter pour beaucoup d'autres universités le poids de la réforme et du renouveau pour une autre façon de former en Médecine.</p> <p style="text-align: justify;">A ce jour, l'implication des autorités décanales est complète dans ce projet. Il s'agit d'un processus qui amène l'implication de toutes les intelligences, des énergies et du temps. À ce tournant de notre université, il n'est pas acceptable de rater le rendez-vous de la réforme, l'objectif de mieux former et l'amélioration de la qualité des médecins qui sortent de nos institutions.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Le challenge est lancé, il faut le tenir.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Pr Dr Arung Kalau</strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong><em>Doyen de la faculté</em></strong></p> Willy Arung Kalau (c) Tous droits réservés 2022 2022-04-25 2022-04-25 5 1 Facteurs associés à la satisfaction des mères à l’unité Soins Mère Kangourou du CHU de Treichville: une enquête transversale par approche mixte en Côte d’Ivoire https://www.rams-journal.com/index.php/RAMS/article/view/53 <p><strong>Introduction</strong> : La satisfaction des patients est un baromètre de la qualité des soins. Cette étude se propose d’évaluer la satisfaction des mères admises à l’unité SMK du CHU de Treichville.<br><br><strong>Patient et méthodes</strong> : étude transversale analytique réalisée en septembre 2020. L’étude a concerné 96 mères à qui un questionnaire a été administré. Les données ont été analysées dans Stata 14.<br><strong>Résultats</strong> : Le pourcentage de mères satisfaites de l’unité SMK était de 77,09%. Toutes les mères étaient satisfaites de leur relation avec le personnel de santé, les soins prodigués aux nouveau-nés et la préparation à la sortie. Les raisons de non satisfaction étaient : le manque d’information sur le fonctionnement de l’unité, la montée laiteuse difficile, la limitation des visites du fait de la COVID19, l’inconfort des lits et matelas, le manque d’intimité, l’absence d’aide au repas pour les mères admises et la durée de séjour trop longue. Les mères âgées de 20 à 24 ans (OR ajusté=2,28 ; IC95%=0,12─7,98) et exerçant une activité libérale (OR ajusté=3,83 ; IC95%=1,10─13,28) avaient beaucoup plus de chance d’être satisfaites.<br><strong>Conclusion</strong> : La satisfaction des patientes de l’unité dépend du fonctionnement, de l’organisation et de l’environnement de l’unité.</p> Raissa Kourouma Kadidiatou Cissé Lassina Chantière Somé Méazieu Joseph Ouattara Marie Laurette Agbré-Yacé Daouda Doukouré Mathilde Nguetta Manouan Virginie Konan-Kouakou Julie Sackou Kouakou Odile Aké (c) Tous droits réservés 2022 2022-04-25 2022-04-25 5 1 2 14 Approche intégrée des effets de la vitamine D dans la pathogénie de la prééclampsie https://www.rams-journal.com/index.php/RAMS/article/view/54 <p>La prééclampsie est une pathologie d’étiologie moins bien connue associée à une morbi-mortalité materno-foetale importante. La découverte des détails sur sa physiopathologie la dégarnit de sa dénomination séculaire de « maladie des hypothèses ». Plusieurs tentatives de prise en charge sont en perpétuelle validation. Le déficit en vitamine D est associé à un risque important de prééclampsie. Les relations entre les effets de la vitamine D et le processus pathogénique est un domaine qui mérite d’être rappelé en vue d’identifier des bénéfices à exploiter par le clinicien pour renforcer les investigations orientées vers une prise en charge efficiente.</p> Richard Kabuyanga Kabuseba Pierrot Lundimu Tugirimana Jean Pierre Elongi Moyene Xavier Kinenkinda Kalume Jean-Baptiste Kakoma Sakatolo Zambeze (c) Tous droits réservés 2022 2022-04-25 2022-04-25 5 1 15 35 Drépanocytose en RDC : fardeau d’un plus lourd tribut mondial https://www.rams-journal.com/index.php/RAMS/article/view/55 <p>La drépanocytose est l'une des maladies génétiques les plus répandues dans le monde. Elle est une priorité de santé publique déclarée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en raison de sa prévalence élevée à la naissance.<br>Nous abondons sur 2 arguments le fait que la RDC soit le pays qui au monde paye le plus lourd tribu de la drépanocytose.<br>C’est notamment le fait que la RDC soit le deuxième pays avec le plus grand nombre de drépanocytaires en Afrique en plus du fait que c’est le premier pays au monde avec le plus de drépanocytaires avec haplotypes Bantu qui font la forme clinique la plus sévère de cette maladie.</p> Mick Shongo ya Pongombo (c) Tous droits réservés 2022 2022-04-25 2022-04-25 5 1 36 39 Connaissances, attitudes et pratiques des professionnels de sante œuvrant en RD CONGO sur la prise en charge nutritionnelle des enfants atteints du paludisme https://www.rams-journal.com/index.php/RAMS/article/view/56 <p style="text-align: justify;"><strong>Introduction</strong> : le paludisme et la malnutrition chez l’enfant constituent des problèmes de santé majeur en RD Congo. L’objectif de cette étude était de déterminer le niveau de connaissances en nutrition clinique chez les praticiens impliqués dans la gestion des enfants atteints de paludisme et d’identifier leurs habitudes de prise en charge nutritionnelle.<br><strong>Méthodologie</strong> : une enquête transversale, qualitative et quantitative a été menée auprès des professionnels de santé oeuvrant en RD Congo et ayant à charge des enfants atteints de paludisme.<br><strong>Résultats</strong> : il ressort que 82,3% des répondants ont déclaré peser systématiquement les enfants reçus. Pour ce qui est de la mesure systématique de la taille, seuls 38,7% ont déclaré la pratiquer. La raison majeure du défaut de mensurations systématique était de ne pas y penser. L’utilisation des courbes de référence en pratique s’est avérée peu fréquente (38,7%). Les spécialistes en pédiatrie ont eu un score de 66,7% de réponses exactes à l’identification des indices adéquats pour le diagnostic de la malnutrition aigüe et chronique, suivis des médecins généralistes avec un score respectif de 46,5% et 32,5% pour la malnutrition aigüe et chronique. Dans 59,7% il n’existe pas de programme de prise en charge nutritionnelle.<br><strong>Conclusion</strong> : le niveau de connaissances, attitudes et pratiques du personnel soignant sur la prise en charge nutritionnelle des enfants reçus pour paludisme est faible. Un programme de formation adéquat, d’organisation et de soutien à la prise en charge pourrait améliorer la situation.</p> Gray Kanteng Augustin Mutombo Mulangu Stanis Wembonyama Okitotsho Oscar Luboya (c) Tous droits réservés 2022 2022-04-25 2022-04-25 5 1 40 50 Étude phyto chimique de quelques plantes alimentaires et médicinales utilisées dans la prévention et traitement du diabète de type-2 en République Démocratique du Congo https://www.rams-journal.com/index.php/RAMS/article/view/57 <p>De tous temps, les plantes constituent une bonne source alimentaire tant pour l’homme que pour les animaux mais aussi pour servir en tant que médicaments dans plusieurs parties du globe. Dans cette étude phyto chimique, nous avons mis en évidence la présence de sucres réducteurs et divers composés phénoliques tels que les flavonoïdes, alcaloïdes, tannins, ainsi que l’activité antioxydante, par des méthodes standards adaptées. Les différents fruits et légumes alimentaires et médicinaux tels que l’avocat (Persea american), fumbwa (Gnetum africanum), gingembre (Zingiber officinale), gombo (Abelmoschus esculentus), graines de courge (Cucurbita maxima), kongo-bololo (Vernonia amygdalina), moringa (Moringa oleifera), safou (Dacryodes edulis), feuilles de taro (Colocasia esculenta) car utilisés couramment dans la population en République Démocratique du Congo pour prévenir ou soigner le diabète de type-2 et ses complications. Les résultats de notre étude peuvent servir de base pour une étude plus approfondie de l’activité antidiabétique in vitro et in vivo de ces plantes utiles.</p> Marcel Mbiyangandu Kadiata Flore Mbile Nkoseay Nasiha M’Rabet Pascal Laurent (c) Tous droits réservés 2022 2022-04-25 2022-04-25 5 1 51 61 Séroprévalence de l’amibiase hépatique dans l’Ombella-Mpoko : cas du Centre Hospitalier Universitaire Maman Elisabeth Domitien de Bimbo en 2019 https://www.rams-journal.com/index.php/RAMS/article/view/58 <p><strong>Contexte</strong>: L’amibiase hépatique est la localisation extra-intestinale la plus fréquente de l’amibiase. Sa prévalence est peu documentée en Centrafrique L’objectif de cette étude était de déterminer la prévalence de l'amibiase hépatique à Bimbo en 2019 et plus spécifiquement la prévalence selon les caractéristiques sociodémographiques.<br><strong>Méthodes</strong>: Il s'agit d'une étude rétrospective réalisée au Centre Hospitalier Universitaire Maman Elisabeth Domitien de Bimbo. Hôpital. L'échantillon de l'étude était composé de patients ayant une sérologie amibienne documentée de janvier à décembre 2019. La réaction d'hémagglutination passive des hématies a permis la recherche des anticorps antiamibiens à l’aide du kit Bichro-latex amibe Fumouze® amibe. Les données collectées dans le registre de laboratoire ont été saisies avec Excel 2013 puis importées vers Epi<br>Info 7 pour l’analyse. Le test de Ficher exact au seuil de 5% a été utilisé pour mesurer l'association entre les variables de l'étude.<br><strong>Résultats</strong> : Au total les données de 115 patients ont été réalisées dont 59,13% (n=68) pour le sexe féminin. L'âge des patients à l’inclusion varie de 17 à 80 ans avec un âge moyen de 47,46 ± 15,77 ans. La sérologie est positive chez 64 patients soit une prévalence de 55,65% (64/115). Les tranches d’âge de 36 à 45 et de 66 à 80 ans étaient plus touchées par l'amibiase hépatique (n=15; soit 26,79%). L'amibiase hépatique était plus fréquente chez le sexe féminin (n=33; soit 28,70%) et était aussi significativement associée au sexe (p = 0,04). Le titre des anticorps varie de 1/20e à 1/2560e et le titre allant de 1/120e à 1/640e était prédominant (62,50%). Le titre des anticorps était significativement associé à l’âge (p = 0,004).<br><strong>Conclusion</strong> : L'amibiase hépatique reste un problème de santé publique dans la Commune de Bimbo par sa forte prévalence. Les cas prévalent étaient plus retrouvés chez les patients âgés de 36 à 80 ans et le sexe féminin. L'approvisionnement en eau potable, l'hygiène alimentaire et l'évacuation des excréta permettront d’assurer une prévention efficace de l'amibiase.</p> Christian Maucler PAMATIKA B Abdel Karim Solange Makatia Wango Gervais Nembi Christian Diamant Mossoro-Kpindé Wilfrid Sylvain Nambei (c) Tous droits réservés 2022 2022-04-25 2022-04-25 5 1 62 76